Le mot du Président

Jerome Francois ZiesenissLe Comité Français pour la Sauvegarde de Venise est une association privée d’intérêt général qui a pour but la restauration de monuments historiques, en liaison avec les autorités italiennes et avec l’UNESCO.

Pour chaque projet précis dont il prend la responsabilité, il recueille les fonds et procède à un financement par tranches de travaux qui lui permet de garantir à ses mécènes une utilisation adéquate de leurs dons. A la réhabilitation de la Basilique de la Salute, ont succédé sous la présidence de l’ambassadeur Gérard Gaussen une série d’interventions de qualité. Lorsqu’il m’a chargé de prendre sa suite, j’ai pensé que le Comité Français devait se consacrer à un projet ambitieux et mobilisateur.

Tel a paru être le cas du Palais Royal de Venise, l’Aile Napoléonienne de la place Saint-Marc, bâtie de 1808 à 1814 et incluse depuis les années 1920 dans le Musée Correr. En trois ans (2000-2003), le Comité Français a rendu leur éclat aux Grands Appartements de ce monument doté d’un élégant et spectaculaire décor néoclassique d’inspiration française, dû au vénitien Giuseppe Borsato, disciple de Percier et Fontaine.

Effectuée grâce au soutien de la Fondation Gould, de la Fondation Napoléon, de LVMH-Moët Hennessy-Louis Vuitton, du World Monuments Fund et de généreux particuliers, cette restauration fait aujourd’hui du Comité Français l’une des premières institutions privées par l’importance des ressources financières apportées à la préservation du patrimoine architectural et artistique de Venise.

Depuis 2004, le Comité poursuit la restauration des Petits Appartements (qui avaient été transformés en bureaux administratifs) en vue de leur intégration définitive dans le Musée   Correr : avec l’ouverture des neuf pièces de l’Appartement de l’Impératrice « Sissi » en 2012, celle des trois pièces de l’ Appartement de l’Empereur en 2014, c’est toute l’histoire de Venise et des Arts décoratifs Vénitiens du dix-neuvième siècle qui renaît. Lorsque le Comité aura achevé la restauration du Palais Royal de Venise (un projet de 5 millions d’euros environ), il aura doublé la superficie muséale du Musée Correr. Un enrichissement imprévu des collections du musée a également retenu l’attention : la grande statue vénitienne de Napoléon en empereur romain pacificateur, édifiée en 1811 sur la Piazzetta à l’initiative de la Chambre de Commerce de Venise, disparue en 1814, réapparue en 2002 sur le marché de l’art à New York et acquise par le Comité Français à la demande des autorités de l’Etat italien et de la ville de Venise.

Avec la renaissance de la Fenice, Venise a retrouvé le 14 décembre 2003 l’un de ses joyaux les plus précieux, auquel le Comité Français apporte depuis lors son soutien en qualité d’Associé Fondateur. L’Alliance Française de Venise, qui joue un rôle actif pour le rayonnement de la langue et de la culture française, bénéficie également du soutien de notre Comité. Parallèlement, le Comité s’attache à la restauration d’œuvres d’art emblématiques de Venise : le Quadrige antique des Chevaux de Saint-Marc (mécénat des Jeunes Donateurs du Comité) et le Lion ailé d’or de la façade de la Basilique.

Venise vivante est un miracle qui nous est offert et que nous nous devons de sauvegarder. Hors de toute dramatisation facile, il s’agit d’un effort permanent.